12 janvier 2013

Pierre Louÿs. Le Clitoris

        Pierre Louÿs, poète mort en 1925, a pour sa part beaucoup écrit sur le clitoris, et lui a même consacré un poème entier :   Blotti sous la tiédeur des nymphes repliées Comme un pistil de chair dans un lys douloureux Le Clitoris, corail vivant, cœur ténébreux, Frémit au souvenir des bouches oubliées.   Toute la Femme vibre et se concentre en lui C’est la source du rut sous les doigts de la vierge C’est le pôle éternel où le désir converge Le paradis du spasme et le Cœur de la Nuit. ... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 décembre 2012

Huguette Bertrand- Mariette Lydis

      Bleus de sourcebleus de merbleus de terreà même nos différences   En silenceles mots respirent des blancsdes masquesdes mondesrépètent des rôles intimesultimesderrière les rideauxavancent morcelésjusqu'au désirenfoui dans la cendredu temps Huguette Bertrand(que j'adore, poète canadienne) ***   Enfiévréel'ivresse des mots nusexplore le bleu silencesous un ciel violent trop cendrésur la courbure du dostrace des mots larges et drusbleu à peinebleu miroirmots bleus azur Huguette Bertrand
Posté par Platoniquement à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 décembre 2012

Huguette Bertrand- Mariette Lydis

  Prenez acte que le jardin des mémoiresest toujours fleurisous des amas de bêtisesque l'engrais de l'espoira toujours maintenu vivacedans le bouillon des humeursd'un monde couché sur l'amertune d'un lit défait par l'illusion de voir immondeles heures quantiquesque les ondes par vagues inondent étrangessur les décors fanés   25.10.07 poème d'Huguette Bertrand que j'adore!
Posté par Platoniquement à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 décembre 2012

Huguette Bertrand-Lempicka

    Lempicka À travers les ondesl'amour chuchotéau creux de l'oreillese respire par le coeurenvolé vers l'infinides mots à direà reconnaîtredans ce désirfondu dans la volupté Huguette Bertrand
Posté par Platoniquement à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 octobre 2012

Guy de Maupassant 1887

    L'AFFINITE DES CHAIRS   Je ne l'entendais pas, tant je la regardais Par sa robe entr'ouverte, au loin je me perdais, Devinant les dessous et brûlé d'ardeurs folles : Elle se débattait, mais je trouvai ses lèvres ! Ce fut un baiser long comme une éternité Qui tendit nos deux corps dans l'immobilité Elle se renversa, râlant sous ma caresse ; Sa poitrine oppressée et dure de tendresse Haletait fortement avec de longs sanglots. Sa joie était brûlante et ses yeux... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 octobre 2012

Otto Schoff- Henri Cantel

    ... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 octobre 2012

Otto Schoff- Lucie Delarue Malrue

OTTO SCHOFF     SI TU VIENS           Si tu viens, je prendrai tes lèvres dès la porte,     Nous irons sans parler dans l’ombre et les coussins,     Je t’y ferai tomber, longue comme une morte,     Et, passionnément, je chercherai tes seins.           À travers ton bouquet de corsage, ma bouche     Prendra leur pointe nue et rose entre deux fleurs,     Et t’écoutant gémir du baiser... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 septembre 2012

Union Renée Vivien

  Union Notre cœur est semblable en notre sein de femme,Très chère ! Notre corps est pareillement fait.Un même destin lourd a pesé sur nos âmes,Nous nous aimons et nous sommes l’hymne parfait. Je traduis ton sourire et l’ombre sur ta face.Ma douceur est égale à ta grande douceur,Parfois même il nous semble être de la même race…J’aime en toi mon enfant, mon amie et ma sœur. Comme toi j’aime l’eau solitaire, la brise,Les lointains, le silence et le beau violet…Par la force de mon amour, je t’ai comprise :Je sais... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 septembre 2012

Renée Vivien

 Nous savons effleurer d’un baiser de velours,Et nous savons étreindre avec des fougues blêmes ;Nos caresses sont nos mélodieux poèmesNotre amour est plus grand que toutes les amours.  Nos lunaires baisers ont de pâles douceurs,Nos doigts ne froissent point le duvet d’une joue,Et nous pouvons, quand la ceinture se dénoue,Etre tout à la fois des amants et des sœurs. ____________(À l’heure des mains jointes, 1906)
Posté par Platoniquement à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 octobre 2011

Renée Vivien

Renée Vivien Je possède, en mes doigts subtils, le sens du monde, Car le toucher pénètre ainsi que fait la voix, L'harmonie et le songe et la douleur profonde Frémissent longuement sur le bout de mes doigts. ____________(Chair des choses, Sillages)
Posté par Platoniquement à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :