03 avril 2011

my girl/Céline Bureau, Tressy Geffroy

   My Girl   PAROLES :     I wanna talk to you about my girlCause I love my girl. She's got a pretty pretty face With lovely pale blue eyesAnd she's got fleshy fleshy lipsAnd when she's lickin' themShe makes me feel so warm So warm, she makes me feel So warm inside When I see her all I wantIs to spend one night with herSo I try to imagine how I could Get closer to herI just have to think like all men doI would make her drink,Would make her lose her mindUntil she lets me squeeze her and kiss herUntil... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 avril 2011

Calogero/la bourgeoisie des sensations

      Il y a toi et moi et le désir que t'as pour elleLe problème, c'est que je ne sais plus pour qui d' nous deux tu te fais belleTu dis que mon amour reste mais que tu te sens infidèleÇa se voit tout de suite que, malgré toi, ses airs de femme te donnent des ailes Tu dis que tu vis la bourgeoisie des sensationsJamais choisir entre homme et femme, ça a peut-être du bonLe truc qui cloche chez moi, c'est qu' mon cœur est à toiEt d' te savoir nue dans ses bras, j' supporterai pas C'est vrai que j'ai choisi de t'aimer... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 mars 2011

Lara Fabien-La différence

  La différence Celle qui dérange Une préférence, un état d'âme Une circonstance Un corps à corps en désaccord Avec les gens trop bien pensants, Les moeurs d'abord Leur peau ne s'étonnera jamais des différences Elles se ressemblent Se touchent Comme ces deux hommes qui dansent Sans jamais parler sans jamais crier Ils s'aiment en silence Sans jamais mentir, ni se retourner Ils se font confiance Si vous saviez Comme ils se foutent de nos injures Ils préfèrent l'amour, surtout le vrai À nos murmures Ils parlent souvent des... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 09:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
24 mars 2011

8ème Merveille-Florent Pagny

David Hamilton   8ème Merveille:Dans le sillage de son parfum J'aurais pu la suivre des heuresAujourd'hui elle me vole le mienQuel bonheurQuelques fils d'argent viennent trahir l'insolence de ses cheveux noirsElle ne cherche plus à rajeunirQuel plaisirBien moins d'effort sur la longueurElle laisse aller sa vraie natureça me bouleverse toujours quand elle pleureça c'est surLa 8ème merveille du monde c'est une comtesse aux pieds nusUne déesse tombée des nuesC'est toutes les femmes en une seule femmeLa 8ème merveille du... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2011

Nicole Brossard-Sous la langue

G.Courbet-l'Origine du monde Le corps salive, rien pourtant n'est prévu,ni l'abondance des touchers, ni la lenteur furtive,la fureur exacte des bouches. Rien n'est prévupourtant c'est à la hauteur des yeux que le corpsd'abord touche à tout sans prévoir la peau nue,aussi bien le dire, sans prévoir la douceurde la peau qui sera nue avant même que la bouchesignale l'état du monde.Rien ne suggère ici qu'au moindre toucherle regard déjà défaille à vouloir déjà prévoirun tel rapprochement. Rien n'est prévu sinonque la respiration, la... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 13:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
06 février 2011

Sonnet féminin-Renée Vivien

Sonnet féminin Ta voix a la langueur des lyres lesbiennes,L’anxiété des chants et des odes saphiques,Et tu sais le secret d’accablantes musiques,O ù pleure le soupir d’unions anciennes.Les Aèdes fervents et les MusiciennesT’enseignèrent l’ampleur des strophes érotiquesEt la gravité des lapidaires distiques.Jadis tu comtemplas les nudités païennes.Tu sembles écouter l’écho des harmoniesMortes ; bleus de ce bleu des clartés infinies,Tes yeux ont le reflet du ciel de Mytilène.Les fleurs ont parfumé tes étranges mains creuses... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 12:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
14 janvier 2011

85b- Christine Davi

85 B Notre amour n'est pas ordinaireMais qui y a t-il de plus banalRien qu'une maison de pierresY'a pas de quoi crier au scandale C'est peut-être un amour qui dérangeUn coeur qui bât entre deux ellesMais on est deux à faire les vidangesEt deux à laver la vaisselle Tout le temps pacsé dans tes brasMe fait la vie belleEt ma place au cielTout le temps pacsé près de toiC'est le tien, c'est le notreUn bonheur comme les autresÊtre deux dans la salle de bainsEt se partager le rimmelÇa ferait bien rire les voisinsS'ils savaient... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 19:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 décembre 2010

Antoine Pol : Les Passantes

Antoine Pol : Les Passantes       Je veux dédier ce poème A toutes les femmes qu'on aime Pendant quelques instants secrets A celles qu'on connait à peine Qu'un destin différent entraîne Et qu'on ne retrouve jamais   A celle qu'on voit apparaître Une seconde à sa fenêtre Et qui, preste, s'évanouit Mais dont la svelte silhouette Est si gracieuse et fluette Qu'on en demeure épanoui    A la compagne de voyage Dont les yeux, charmant paysage Font paraître court le chemin Qu'on est... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 décembre 2010

Natalie Clifford Barney (L’Amazone)

Tamara de Lempicka -les deux amies Je prends mes peines à tes peines, Et mon ciel au ciel de tes veines ; Ton corps est mon vin et mon pain, Mon sel est au creux de ta main, Dans la joie ou quand tu défailles Réclame-moi par tes entrailles - Pour suivre ton intime loi L’amour m’a fait naître de toi.   L’amour qui courbe et couche Les femmes deux à deux, S’étanche par leur bouche Et pleure par leurs yeux.   Unir la source à l’eau Et le son à l’écho Ou joindre deux rivages - Sans pont matériel – ... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 00:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
02 décembre 2010

Lempika- Huguette Bertrand

Lempika- Huguette Bertrand Malgré le tempsmalgré la poussièreelle fleurit toujours dans le soupir des motsassujettie aux mouvements des sensjusqu'au seuil d'un désir écrasé dans l'oeuf le temps a vu largedans la rondeur du mouvementinterrompus'est envolé vers un autre rivagelà où mensonge et promessene sont pas de saisonlà où le coeur se recueille en silenceen frôlant la vague des souvenirségarés 06.05.08
Posté par Platoniquement à 00:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,