01 juin 2011

Hélène Dorion-Tu tends la main

Hélène Dorion Tu tends la mainvers moi qui voudrais l'emportersi loin que plus rien n'existeraitdans cette main que la mienne Je cherche le geste qui sera une route. Je t'aurais demandé commentet où va la vieen toisi j'avais pu retenir la lignequi a coupé DORION, Hélène, Les corridors du temps, Écrits des Forges, 1988, 123 p.
Posté par Platoniquement à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 mai 2011

illustre inconnu(e) que j'aime

Sous le rire et sous la tristesse de ta chairSi lasse du baiser sans infini des femmes,En me penchant sur toi j'ai découvert ton âmeComme la splendeur d'or, de porphyre et de ferD'une ville engloutie intacte sous la mer. Ah ! donne-moi les clés des portes de la Ville !Et seule et gravement je m'y reposerai,Et celles qui, dans l'eau, viennent jouer en fileNoueront sans le savoir leurs danses puérilesSur la cité debout dans ses angles dorés.   Renoir
Posté par Platoniquement à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 avril 2011

Henti Cantel/Volupté

Matisse Femme en bleue   VOLUPTE Léona l'entoura de ses jambes, baisaSes yeux, sa chevelure et sa langue vermeille.La vierge, dont le cœur en souriant s'éveille,A ces souffles de feu par degrés s'embrasa. Suçant les boutons durs de sa gorge pointue,La louve sur son corps promenait tous ses doigts ;On eût dit qu'elle avait vingt lèvres à la fois...Aline se pâmait à ce jeu qui la tue. - " Ouvre ta cuisse blanche et ronde, mon enfant ;Ton clitoris, blotti dans sa toison dorée,Veut les tendres fureurs d'un baiser triomphant !... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 mars 2011

Toulouse Lautrec-l'abandon les deux amies/L.Delarue

   Baiser Renverse-toi que je prenne ta bouche,Calice ouvert, rouge possession,Et que ma langue où vit ma passionEntre tes dents s'insinue et te touche :C'est une humide et molle profondeur,Douce à mourir, où je me perds et glisse ;C'est un abîme intime, clos et lisse,Où mon désir s'enfonce jusqu'au coeur...- Ah ! puisse aussi t'atteindre au plus sensible, Dans son ampleur et son savant détail,Ce lent baiser, seule étreinte possible,Fait de silence et de tiède corail ;Puissé-je voir enfin tomber ta têteVaincue, à bout de... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 15:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2011

Nicole Brossard-Sous la langue

G.Courbet-l'Origine du monde Le corps salive, rien pourtant n'est prévu,ni l'abondance des touchers, ni la lenteur furtive,la fureur exacte des bouches. Rien n'est prévupourtant c'est à la hauteur des yeux que le corpsd'abord touche à tout sans prévoir la peau nue,aussi bien le dire, sans prévoir la douceurde la peau qui sera nue avant même que la bouchesignale l'état du monde.Rien ne suggère ici qu'au moindre toucherle regard déjà défaille à vouloir déjà prévoirun tel rapprochement. Rien n'est prévu sinonque la respiration, la... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 13:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
06 février 2011

Sonnet féminin-Renée Vivien

Sonnet féminin Ta voix a la langueur des lyres lesbiennes,L’anxiété des chants et des odes saphiques,Et tu sais le secret d’accablantes musiques,O ù pleure le soupir d’unions anciennes.Les Aèdes fervents et les MusiciennesT’enseignèrent l’ampleur des strophes érotiquesEt la gravité des lapidaires distiques.Jadis tu comtemplas les nudités païennes.Tu sembles écouter l’écho des harmoniesMortes ; bleus de ce bleu des clartés infinies,Tes yeux ont le reflet du ciel de Mytilène.Les fleurs ont parfumé tes étranges mains creuses... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 12:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
04 février 2011

Enervements

Photo Hamilton Enervements Corps à corps…Nos désirs brûlent, nos bouches s’offrent,Mais nous ne voulons pas sentir toute la joie.Seins contre seins à travers les étoffes,Viens! Gardons entre nous ces laines de soies.Tes yeux fuient mon regard; ta tête se dérobe;Nos mains rôdent le long des robes.Respirons de tout près l’âme de ce baiserQue nous ne voulons pas, ce soir, réaliser.Sens-tu comme nos genoux tremblent ?Ah! ce désir des hanches amoureuses !Ah! céder!... Défaillir... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 janvier 2011

La nuit est à nous-Renée Vivien

Otto Schoff La Nuit est à nousC’est l’heure du réveil… Soulève tes paupières…Au loin la luciole aiguise ses lumières,Et le blême asphodèle a des souffles d’amour.La nuit vient : hâte-toi, mon étrange compagne,Car la lune a verdi le bleu de la montagne,Car la nuit est à nous comme à d’autres le jour. Je n’entends, au milieu des forêts taciturnes,Que le bruit de ta robe et des ailes nocturnes,Et la fleur d’aconit, aux blancs mornes et froids,Exhale ses parfums et ses poisons intimes…Un arbre, traversé du souffle des abîmes,Tend... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 janvier 2011

Et l'une et l'autre-Leila Zhour

Et l'une et l'autre-Leila Zhour Jean Jacques André photograhie Et l'une et l'autre Nous sommes couchéesLes draps sont l'ombre et la lumièreNous sommes seulesEt l'une Et l'autreSeules ensembleNous sommes loinDe l'uneDe l'autreMais proches aussiCar loin ensembleDe toutNous sommesL'ombre est le drapLe regard est lumièreEt, couchéesNous pouvons voir la marcheLes pas à accomplirL'avancée verticale entre maintenantEt tout ce qu'on ignore encoreNous sommesAbsentes dans les abîmes de la solitudeMais là encoreNous sommes sur ce chemin... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 janvier 2011

Amour Renée ViVIEN

Amour Renée ViVIEN AmourMirage de la mer sous la lune, ô l’Amour !Toi qui déçois, toi qui parais pour disparaîtreEt pour mentir et pour mourir et pour renaître,Toi qui crains le regard juste et sage du jour ! Toi qu’on nourrit de songe et de mélancolie,Inexplicable autant que le souffle du ventEt toujours inégal, injuste trop souvent,Je te crains à l’égal de ta sœur la folie ! Je te crains, je te hais et pourtant tu m’attiresPuisque aussi le fatal est proche du divin.Voici qu’il m’est donné de te connaître enfin,Et je mourrais... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :