14 janvier 2011

85b- Christine Davi

85 B Notre amour n'est pas ordinaireMais qui y a t-il de plus banalRien qu'une maison de pierresY'a pas de quoi crier au scandale C'est peut-être un amour qui dérangeUn coeur qui bât entre deux ellesMais on est deux à faire les vidangesEt deux à laver la vaisselle Tout le temps pacsé dans tes brasMe fait la vie belleEt ma place au cielTout le temps pacsé près de toiC'est le tien, c'est le notreUn bonheur comme les autresÊtre deux dans la salle de bainsEt se partager le rimmelÇa ferait bien rire les voisinsS'ils savaient... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 19:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 décembre 2010

Le toucher-Renée Vivien

Le toucher-Renée Vivien Le ToucherLes arbres ont gardé du soleil dans leurs branches.Voilé comme une femme, évoquant l’autrefois,Le crépuscule passe en pleurant… Et mes doigtsSuivent en frémissant la ligne de tes hanches. Mes doigts ingénieux s’attardent aux frissonsDe ta chair sous la robe aux douceurs de pétale…L’art du toucher, complexe et curieux, égaleLes rêves des parfums, le miracle des sons. Je suis avec lenteur le contour de tes hanches,Tes épaules, ton col, tes seins inapaisés.Mon désir délicat se refuse aux baisers... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 17:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2010

Lucie Delarue-Mardrus - FUGUE

FUGUE Ton âme d'eau fuyante et mon âme de soifS'uniront-elles ?...Au coeur de nos fêtes charnelles,Que ne puis-je te prendre et boire en un baiser ? Mon corps sur ton corps est posé,Je me penche...Ton âme d'eau fuyante et mon âme de soir,Où trouver le baiser double qui les étanche ? Que ne puis-je te prendre et boire en un baiser ?Comment nous joindre,Si, telle qu'une source agile tu t'enfuisDès que tu vois mon âme poindre ? Eau claire, ah ! je voudrais te boire ! Ah ! je ne puis !...- Au coeur de nos fêtes charnelles,Ton âme... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 11:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
23 décembre 2010

Antoine Pol : Les Passantes

Antoine Pol : Les Passantes       Je veux dédier ce poème A toutes les femmes qu'on aime Pendant quelques instants secrets A celles qu'on connait à peine Qu'un destin différent entraîne Et qu'on ne retrouve jamais   A celle qu'on voit apparaître Une seconde à sa fenêtre Et qui, preste, s'évanouit Mais dont la svelte silhouette Est si gracieuse et fluette Qu'on en demeure épanoui    A la compagne de voyage Dont les yeux, charmant paysage Font paraître court le chemin Qu'on est... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 décembre 2010

Lempicka- Huguette Bertrand

Lempicka- Huguette Bertrand Prenez acteque le jardin des mémoiresest toujours fleurisous des amas de bêtisesque l'engrais de l'espoira toujours maintenu vivacedans le bouillon des humeursd'un monde couché sur l'amertune d'un lit défait par l'illusion de voir immondeles heures quantiquesque les ondes par vagues inondent étrangessur les décors fanés 25.10.07 poème d'Huguette Bertrand que j'adore!
Posté par Platoniquement à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 décembre 2010

Natalie Clifford Barney (L’Amazone)

Tamara de Lempicka -les deux amies Je prends mes peines à tes peines, Et mon ciel au ciel de tes veines ; Ton corps est mon vin et mon pain, Mon sel est au creux de ta main, Dans la joie ou quand tu défailles Réclame-moi par tes entrailles - Pour suivre ton intime loi L’amour m’a fait naître de toi.   L’amour qui courbe et couche Les femmes deux à deux, S’étanche par leur bouche Et pleure par leurs yeux.   Unir la source à l’eau Et le son à l’écho Ou joindre deux rivages - Sans pont matériel – ... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 00:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
02 décembre 2010

Lempika- Huguette Bertrand

Lempika- Huguette Bertrand Malgré le tempsmalgré la poussièreelle fleurit toujours dans le soupir des motsassujettie aux mouvements des sensjusqu'au seuil d'un désir écrasé dans l'oeuf le temps a vu largedans la rondeur du mouvementinterrompus'est envolé vers un autre rivagelà où mensonge et promessene sont pas de saisonlà où le coeur se recueille en silenceen frôlant la vague des souvenirségarés 06.05.08
Posté par Platoniquement à 00:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 juillet 2010

Lucie Delarue-Mardrus Si tu viens

Si tu viens Si tu viens, je prendrai tes lèvres dès la porte,Nous irons sans parler dans l'ombre et les coussins,Je t'y ferai tomber, longue comme une morte,Et, passionnément, je chercherai tes seins.A travers ton bouquet de corsage, ma bouchePrendra leur pointe nue et rose entre deux fleurs,Et t'écoutant gémir du baiser qui les touche,Je te désirerai, jusqu'aux pleurs, jusqu'aux pleurs !- Or, les lèvres au sein, je veux que ma main droiteFasse vibrer ton corps - instrument sans défaut -Que tout l'art de l'Amour... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 juin 2010

Je t'aime d'être faible...Renée Vivien

Je t'aime d'être faible...Je t'aime d'être faible et câline en mes brasEt de chercher le sûr refuge de mes bras Ainsi qu'un berceau tiède où tu reposeras. Je t'aime d'être rousse et pareille à l'automne, Frêle image de la Déesse de l'automne Que le soleil couchant illumine et couronne. Je t'aime d'être lente et de marcher sans bruit Et de parler très bas et de haïr le bruit, Comme l'on fait dans la présence de la nuit. Et je t'aime surtout d'être pâle et mourante, Et de gémir avec des sanglots de mourante, Dans ... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 mai 2010

Poésie :à une inhumaine H.Cantel

Poésie :à une inhumaine H.Cantel Vainement ton orgueil veut cacher ta beauté : Mon oeil, toucher lointain, plein de flamme et d'extase, Soulève le velours, perce les plis de gaze, Et ton corps m'apparaît en pleine nudité Comme le vendangeur, amoureux de ses vignes, Parmi les pampres verts compte les grappes d'or, Je visite les fruits de mon jeune trésor, Te respire les fleurs qui parfument les lignes. L'artiste et le poète ont seuls ce don charmant De déchirer de loin les voiles et vêtement ... [Lire la suite]
Posté par Platoniquement à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :