tumblr_m500ipkDFY1qi77nbo1_400

 CELLES QUI AIMENT ELLES : MARIE-PAULE BELLE

Elles se tiennent la main en secret sous leur veste
Se caressent des yeux sans un geste
On lit sur la photo où elles sourient tranquilles
Juin 1950 à Belle-Île

C’était pas facile dans ces années-là
Et en ville on en parlait tout bas
Les mots de haine, ceux qu’on entend à peine
Les ont fait pleurer bien des fois

Suivre le modèle 
Impossible pour celles
Qui aiment elles

Et moi qui sais le prix de leurs amours rebelles
Moi qui suis mi-voyou, mi-voyelle
Si j’ai choisi d’aimer un triangle isocèle
Je peux vivre au grand jour grâce à elle

C’était pas facile dans ces années-là
Et en ville on les montrait du doigt
Les mots qui glissent, les regards en coulisse
Les ont fait douter d’elles quelques fois

Pour toucher le ciel
Elles avaient besoin d’ailes
Besoin d’elles

Suivre le modèle 
Impossible pour celles
Qui aiment elles

Elles se tiennent la main en secret sous leur veste
Se caressent des yeux sans un geste
On lit sur la photo où elles sourient tranquilles
Juin 1950 à Belle-Île